[REVIEW MANGA] L’histoire des 3 Adolf

Vers la fin de sa vie, Osamu Tezuka, alors atteint d’un cancer, produira des œuvres plus sombres et matures que celles pour lesquelles le grand public le connaît. C’était déjà le cas de Ayako (chez Akata), publié au début des années 70 qui racontait les drames d’une famille de propriétaires terriens après la guerre et les événements de l’époque qui ont marqué le Japon. Dix ans plus tard, il publiera ce qui est son manga que je préfère (bien que je n’ai pas tout lu. Ce Monsieur était très productif).

Il s’agit de L’histoire des 3 Adolf.

 

Prenant pour “décor” l’Allemagne Nazie et ses relations avec le Japon, l’H3A conte les aventures de Shohei Toge. Ce dernier est un correspondant japonais qui est chargé de couvrir les Jeux Olympiques de Berlin de 1936. Mais son frère qui y étudie va se faire assassiner. Toge va alors comprendre que ses bourreaux étaient en fait à la recherche de documents comprométants qu’il avait en sa possession. En effet, il semblerait que Hitler aurait du sang juif et ces papiers en étaient la preuve.
Toge se fera alors la promesse de venger la mort de son frère et de conserver les documents au péril de sa vie.

Les 3 Adolf du titre sont :
– Adolf Kaufmann, jeune garçon germano-japonais vivant à Kobe et fils de nazi qui sera envoyé en Allemagne pour intégrer les Jeunesses Hitleriennes.
– Adolf Kamil, un fils d’émigré juif-allemand et meilleur ami de A. Kaufmann. Et là, on devine tout de suite la tragédie qui séparera ces deux amis.
– Adolf Hitler, que je n’ai pas besoin de présenter…

image

Sans vouloir en dire plus sur l’histoire, nous suivrons le héros à travers une course poursuite entre lui et la Gestapo au Japon ainsi que l’avancée des nazis en Europe et l’extermination des juifs. Nous avons ici l’une des dernières grandes œuvres du Maître absolu du manga qui est bien connu pour ses histoires humanistes pleines de réflexion sur ce qui fait d’un homme qu’il est bon ou mauvais. Les personnages sont frappés par l’ironie et le tragique, propices aux situations que la guerre peut engendrer. Tous en ressortiront grandis à leur manière. Même le lecteur. Puisqu’il s’agit de ce genre d’œuvre. Celles qui nous font nous questionner. Toge en bave pendant une bonne partie de l’histoire. On suit les péripéties causées par les décisions qu’il prendra. On souffre avec lui. Et l’on ne pourra que constater les drames qui se répercuteront sur ceux qui croiseront son chemin (Pour lui venir en aide ou non). Osamu Tezuka (tout comme dans Ayako) ne ménage pas ses personnages. Il leur donne simplement vie. Les bonnes choses n’arrivent pas qu’aux gens biens. Ils souffrent aussi. Adolf Kaufmann pense lui aussi agir pour le bien. Pour celui de l’Humanité. Pour celui de sa pauvre mère restée au pays. Pour que son Führer adoré le remarque et l’estime comme un fils spirituel.
Mais comment devient-on quelqu’un de bien ? Et qu’est-ce que “bien agir” ?

Du vernis sélectif partout !!

Du vernis sélectif partout !!

Lorsque j’ai terminé le quatrième et dernier volume, l’histoire m’a semblé achevée rapidement. Mon impression a alors été confirmée dans les quelques pages de fin de volume où Tezuka nous explique dans quelle contexte L’H3A a pris vie. Il n’a effectivement pas eu la possibilité de construire certains passages comme il le désirait. On ne sait pas non plus ce qu’il advient de certains personnages. Mais un message fort reste dans l’esprit du lecteur à la fin :

Comment l’être humain peut-il être responsable de tant de gâchis ?

[VOYAGE ET JEUX VIDÉO] Grand Theft Auto V dans la vraie vie véritable

Grand Theft Auto 5 est probablement le plus gros jeu de ces dernières années. L’action de ce jeu vidéo se déroule dans la ville fictive de Los Santos très inspirée de Los Angeles et de ses environs ainsi que du désert de l’Ouest des Etats-Unis.
Pour moi qui y ai joué, j’ai été surpris de voir la ressemblance de certains lieux et j’ai eu plusieurs fois l’impression d’être entré à l’intérieur de cet univers virtuel. Déjà-vu ! (Déjavou!)

Voici quelques exemples de ces endroits pour un petit comparatif…

 

1) La première photo n’est pas très bien cadrée. En fait, elle a été prise à l’aveuglette par la fenêtre de la voiture. Ce n’est qu’après avoir visionné les photos de la journée sur l’ordinateur que cet endroit m’a semblé familier. Il s’agit d’une petite rue piétonne de Beverly Hills (Rockford Hills dans le jeu) avec des boutiques de luxe. Dans GTA5, c’est l’endroit où se trouve la bijouterie de notre tout premier braquage si je ne me trompe pas.

16097429483_9b46741930_k 10353465_10152789376388639_23811085605406531_o

______________________________________________

2) L’un des endroits les plus emblématiques de Santa Monica (Située à l’Ouest de L.A. au bout de la Route 66) est le Pier. Il s’agit d’une jetée sur pilotis comme on en trouve dans beaucoup de villes côtières. On y trouve des “boutiques à touristes” ainsi que quelques attractions. Bien que la plage soit beaucoup plus large dans la réalité, on reconnaît très bien l’endroit qui s’en inspire dans le jeu rebaptisé pour l’occasion Del Perro Pier.

16095123174_957dda4d2a_k 11174569_10152789376008639_5728319907029610733_o

______________________________________________

3) Le long du chemin qui longe la plage menant au Pier de Santa Monica, nous avions croisé une maison que j’ai immédiatement reconnue. Et pour cause, elle est reproduite à l’identique dans GTA5. Il s’agit de la maison du psychiatre de Michael que l’on voit (entre autres) au début du jeu lorsque ce dernier rencontre pour la première fois Franklin.

15685542476_8c8491d677_k 11059707_10152789376158639_7530432044812770502_o

______________________________________________

4) Chinese Theatre > The Oriental Theater

16716154251_a9d8f3842a_k 11174551_10152789376588639_2416984716974044760_o

Sur Hollywood Boulevard on retrouve les célèbres étoiles dédiées aux stars de la TV, cinéma, musique, …

15709298125_756857d667_k 11062010_10152789376783639_6057598238934744666_o

On y rencontre aussi des gens déguisés…

16530001370_b0f8e8b84d_k 1417810_10152789376743639_7478986967425926573_o

______________________________________________

5) Bixby Bridge > Cassidy Creek Bridge

16094797964_a69644e259_k11700635_10152958814653639_8390671266721200592_o

15089299824_fdd326a44d_b

______________________________________________

6) Griffith Observatory > Galileo Observatory

16716119231_5b4a178915_k

11145175_10152955283918639_9104469705610310860_o

Bien d’autres lieux sont présents dans le jeu, mais voilà pour l’essentiel de ceux qui m’ont marqué.

Vive la Californie.

[REVIEW MANGA] Jaco the galactic patrolman

On m’avait présenté Jaco the galactic patrolman comme une préquelle à Dragon Ball. En réalité il s’agit simplement d’une histoire se situant dans le même univers (comme toutes les œuvres de Toriyama) et se déroulant avant le début du manga culte. Donc, pour être clair dès le début, Jaco ne nous apprendra pas grand-chose sur l’histoire de Goku et ses amis. Certes, il est fait allusion à différents événements qui nous sont familiers et le “destin” de Jaco est lié en un point à celui de Goku. Cependant, le manga n’était pas forcément essentiel à la mythologie Dragon Ball.

Mais… Est-ce un bon manga ?FullSizeRender (2)

Jaco est un extraterrestre qui fait partie de “La Super Elite qui veille sur la paix de l’univers”. Il patrouillait tranquillement en direction de la Terre pour la mission qui lui a été confié. Alors qu’il regardait tranquillement un film à bord de son vaisseau, il heurte la Lune et s’écrase dans la mer. Heureusement pour lui, il ne tombera pas loin d’une île habité par un vieux monsieur, un scientifique qui fait ses recherches sur la manipulation du temps (Omori). Les deux énergumènes vont vite sympathiser et Jaco lui révèle que sa mission est d’empêcher un extraterrestre issu d’une race maléfique de détruire la Terre (*Wink* *wink*). Arrogant et maladroit, Jaco hésite également à supprimer la race humaine, elle qui est si malfaisante et néfaste pour sa propre planète. Mais Jaco va apprendre à mieux connaître ce peuple va changer d’attitude au contact du vieil homme.

Il n’y a pas beaucoup plus à dire à propos de ce manga, donc je vous laisse la surprise quant au déroulement de l’histoire.

FullSizeRender (3)

Une des premières choses qui m’ont marqué dès le début de ma lecture ce sont les trames qui sont bien plus présentes que dans Dragon Ball. Mais le dessin. Rah là là, ça fait tellement de bien de redécouvrir Toriyama. D’avoir de nouveaux dessins. Son style est resté le même. L’histoire est légère, même si on a droit à un petit passage dramatique sur l’histoire de Omori, mais il s’agit bien d’un gag manga. Il n’y a quasiment pas de combat ou d’action, mais c’est très agréable à lire et lorsque j’ai refermé le livre, j’étais plutôt satisfait de ce que j’avais lu. C’est simple, ça n’essaye pas de faire trop de fan service. Ça n’en fait pas trop. Les personnages sont attendrissants et l’on aurait aimé passer plus de temps avec eux.

Pour conclure : Est-ce que Jaco est ce qu’il manquait à Dragon Ball ? Non. Il aurait été décevant s’il avait voulu faire du DB, mais quasiment tous les personnages sont inédits (^_~) et on pourrait plus considérer “Jaco tgp” comme un spin off en one shot qu’en tant que “Les origines de Dragon Ball” comme l’annonce le sticker sur la couverture. C’est plutôt drôle, c’est superbement dessiné, c’est léger, c’est tout ce à quoi je m’attendais avant de le lire et ça m’a complètement satisfait de ce point de vue. Donc si vous décidez de lui laisser sa chance, gardez ça à l’esprit, lisez-le juste pour passer un bon moment. C’est déjà pas mal !

[REVIEW MANGA] La fille de la plage

La première fois que j’ai lu Inio Asano (à la sortie du Quartier de la lumière), j’ai immédiatement été frappé par son style particulier à contre-courant de la production de l’époque. Inio parle de la vie et souvent aussi de la tragédie qui fait de violentes irruptions dans le quotidien de ses personnages. Il parle de la vie, de l’amour, du mal-être, de la peur de vieillir, de l’innocence de l’enfance ou de l’égoïsme. Sans doute de tout ce qui est présent en lui et qui a amené à faire de lui ce qu’il est. Ce qui transpire de sa personnalité dans ses œuvres son des sentiments de doute, de peur d’être blessé et d’autodestruction. Du moins, c’est ce que JE perçois. Et quand je m’apprête à lire du Asano c’est ce que je m’attends à y trouver. Et c’est aussi pour ça que j’ai toujours répondu présent à chacun de ses mangas parus en France.

umibe0

Dès les premières secondes passées avec La fille de la plage, on y est. On reconnaît l’auteur de Bonne Nuit Punpun. Une histoire très simple, assez pour qu’on s’identifie à l’une ou l’autre des situations que l’on va y découvrir ou un personnage qui y sera dépeint. Et c’est l’un des gros points fort d’Asano. C’est universel.

Koume est une jeune fille au cœur brisé. Elle s’est rendu compte que le beau gosse qu’elle idolâtrait est un coureur de nanas. Et qu’il ne veut surtout pas qu’elle parle de leur aventure aux autres. Elle est aussi dégoûtée par les autres justement. Leur attitude. Elle ne veut pas se forcer à être ce qu’elle n’est pas pour être acceptée. Elle en a vraiment marre de tout. La vie c’est pourri.

umibe1

Isobe lui est amoureux de Koume depuis la 5ème. Il est plutôt gentil, donc Koume se dit qu’elle va coucher avec lui. Elle est sûre qu’il ne la rejettera pas lui au moins. Et puis elle a envie de se défouler un peu, de se vider la tête. Oui, Isobe essayera quand même de la convaincre de sortir avec lui, mais elle n’a pas la tête à ça. Entre eux, ce sera juste pour le sexe.

Seulement voilà, Isobe est brisé lui aussi. Son frère est décédé et il est le seul de sa famille à savoir qu’il s’agissait d’un suicide. Il partageait sa chambre avec ce dernier et il culpabilise de ne pas s’être rendu compte de son malaise avant qu’il ne soit trop tard.
Il se contente de la relation qu’il a avec Koume, au moins elle est près de lui et c’est tout ce qui lui importe.

umibe2

Sans rentrer dans les détails, ce non-couple va donc vivre ses aventures dans cette petite ville du bord de mer avec tout ce que le malaise de l’adolescence peut contenir d’exploration des corps et d’autodestruction. Puis un jour, pendant une de leurs escapades sur la plage, Isobe va trouver une carte mémoire. Tiens ! Pourquoi pas. Ce moment est montré très discrètement dans le manga, presque en arrière-plan. Mais il va s’agir pourtant du tournant de l’histoire.
Par une suite de petits événements, la fameuse carte mémoire va se retrouver dans les mains de Koume. Celle-ci découvrira qu’elle contient quelques photos de son ancienne propriétaire, une jeune femme tout à fait charmante. Isobe va carrément flasher sur la belle inconnue. Il va jusqu’à développer une certaine obsession pour elle. Quant à Koume, sa jalousie va peu à peu grandir et tout ce qui faisait “l’équilibre” de leur relation va s’écrouler. Elle va se rendre compte de ses sentiments pour lui tandis que de son côté, il s’enferme de plus en plus dans sa solitude et va agir de plus en plus dangereusement. Son âme est à la recherche d’une certaine rédemption.

Et c’est pendant un tsunami que tout sera balayé, lavé, dissous.

umibe3

Je reste volontairement assez vague sur la suite de l’histoire et sur sa conclusion. Chacun y trouvera ce qu’il voudra. Mais force est de constater que La fille de la plage n’est peut-être pas aussi sombre, ambitieuse ou profonde que peut l’être Bonne nuit Punpun, mais si je l’ai comparé en début de cet article à ce dernier c’est bien plus pour l’opposer à ce que peut être Solanin, par exemple, qui est bien plus joyeux dans sa conclusion. Disons donc qu’il se situe quelque part entre les deux. Asano dessinait La fille de la plage en parallèle de Punpun et je le voit un peu comme un moment de respiration que devait sans doute prendre l’auteur pour se sortir de temps en temps de l’abîme de noirceur qu’est son manga au garçon canard.

Pour conclure, est-ce que je conseille La fille de la plage ? Bien entendu. Mais je ne le conseillerai sans doute pas comme entrée en matière dans l’univers d’Asano. De toute façon quand on est fan, on ne peut que lui donner sa chance.

 

(Mention spéciale pour les passages qui parlent de la chanson Kaze wo atsumete du groupe happy end <3)

 

[FAST REVIEW MANGA] Je reviendrai vous voir

Voici ma première Fast Review dans lesquelles je parlerai d’œuvres pour lesquelles je n’ai pas forcément grand chose à dire, ou que je n’ai pas particulièrement appréciés. Format court et direct.

Ma lecture de Je reviendrai vous voir n’a pas été des plus aisées. Malgré l’histoire des plus simples – Un illustrateur de livre pour enfants part dans la région de Fukushima pour aider bénévolement au nettoyage après la catastrophe de mars 2011- à aucun moment je ne suis vraiment rentré dans l’histoire. Ce manga est un témoignage de l’illustrateur Nobumi et raconte cet épisode marquant de sa vie. Le problème c’est que tout du long, le personnage principal m’a semblé très antipathique et à aucun moment je n’éprouvais de la compassion pour lui. Il est plein de bonne volonté, mais il ne cherche que la reconnaissance de ses actes auprès de tout le monde. Et ce malgré ce qu’il veut faire croire, c’est ce qu’il en ressort. Certes, ce qu’il fait est tout à fait honorable, mais le fait que l’histoire ne se concentre que (ou quasiment que) sur son ressenti plutôt que celui des gens qu’il va croiser accentue cette impression.
Pour moi, la seule vraie qualité de ce titre est le dessin de George Morikawa.

D’autres célèbres auteurs ont apporté leur contribution à l’ouvrage, mais en dehors de Ken Akamatsu, je n’ai pas réussi à reconnaître les autres car je ne suis pas assez familier de leur travail.

On peut retrouver une interview croisée de Nobumi et Morikawa en fin de volume, mais à l’heure où j’écris ces lignes, je ne l’ai pas encore lue.

Pour conclure, j’ai été déçu par ce manga qui est peut-être trop cliché, par assez impliqué et sans doute beaucoup trop superficiel.

Désolé Akata… 🙁