[REVIEW MANGA] Your lie in April

À 11 ans, Kôsei Arima est déjà un virtuose du piano. Formé avec la plus grande sévérité par une mère qui lui inflige d’interminables séances de répétition, il écume inlassablement tous les concours nationaux, où son talent éblouit les juges. Mais le jour où sa mère meurt d’une longue maladie, il perd complètement la faculté de jouer de son instrument : victime d’un blocage psychologique, le jeune garçon n’entend plus le son du piano quand il essaie d’en jouer…
Quelques années plus tard, son chemin croise celui de Kaori, une violoniste dont l’approche de la musique diffère totalement de la sienne. Alors que Kôsei est une véritable machine qui sait restituer les partitions à la perfection, Kaori, elle, préfère s’approprier les œuvres et les réinterpréter à sa manière… La rencontre avec cette jeune fille au caractère explosif va bouleverser les certitudes de Kôsei et redonner un sens à sa vie !

Your lie in April a tout d’un shojo. La romance, les couvertures pastels, le dessin simple et épuré (mais joli et bien plus intense et détaillé pendant les scènes importantes comme les concerts par exemple). Mais peu importe la classification, l’important c’est le sujet. L’histoire. Avant même de commencer à lire ces deux premiers volumes, je ne peux m’empêcher de penser à Kids on the slope (Sakamichi no Appolo) qui traite également de musique et d’amour dans un milieu scolaire. Même sans comparer ces deux œuvres, je ne peux m’empêcher d’y penser. Quand on connaît la qualité du manga de Yuki Kodama, on a donc peur pour Your lie in April. “Aouch! Ça va être difficile de jouer dans la même catégorie…”

FullSizeRender-1

Seulement voilà, Your lie in April maîtrise également son sujet.
L’histoire parle de quatre personnages, mais se concentre surtout sur deux d’entre eux. Kôsei est un jeune garçon extrêmement talentueux mais souffrant de plusieurs traumatismes. Le premier aura été causé par la surprotection de sa mère à son encontre. Cela lui vaudra d’être devenu un adolescent plutôt solitaire et très peu sûr de lui. Mais après la mort de cette dernière, Kôsei, qui a grandi dans un environnement très étouffant, sera livré à lui-même avec ses lacunes d’enfant n’ayant pas connu “la vraie vie”. Comment doit-il agir avec les autres ? La seule personne qui semble le comprendre au début est son amie d’enfance, Tsubaki, qu’il considère presque comme sa sœur. Cette dernière semble éprouver des sentiments bien plus fort à son égare, mais va-t-elle les garder pour elle éternellement ? Sa rencontre avec Kaori va pas mal chambouler notre héros. Elle qui a un caractère à l’opposé du sien va tenter de renouer Kôsei avec ce pour quoi il est le plus doué, le piano. Elle est violoniste. Il est subjugué quand il la voit jouer devant un public. Et c’est véritablement à ce moment précis qu’il tombera sous son charme. Il est fasciné par la façon dont elle vit la musique. À partir de ce jour, elle fera tout pour aider Kôsei à surmonter le mal qui semble peser en lui…

FullSizeRender-2

Bourré d’humour et frais, Your lie in April arrive à nous faire entendre la musique qui semble bercer chacune de ses pages. De plus, Ki-oon nous offre la possibilité de découvrir et d’écouter les morceaux classiques dont il est question dans le manga via des liens mena à des vidéos en ligne et des QR code entre certains chapitre. Moi qui ne pouvait m’empêcher d’écouter du jazz en lisant Kids on the slope, je trouve que c’est une très bonne idée de leur part (mais peut-être que c’était déjà le cas dans l’édition japonaise). Cela rajoute une dimension supplémentaire à l’histoire. Les personnages sont attachants car en plus d’avoir des sentiments réalistes, ils sont très drôles.

La lecture est très agréable et l’on se retrouvera rapidement à la fin de ces deux premiers volumes, impatient(e)s de découvrir la suite de l’histoire.

Après le bouleversant A silent voice, je vous conseille également ce shonen sentimental qui fait du bien à ma mangathèque.

FullSizeRender-3

Your lie in April a été adapté en anime et est disponible sur Wakanim. La série se terminera au 11ème tome et a été élue meilleur shonen lors du 37ème prix Kodansha en 2013.